Le massage relaxant chez Massages Wellness

Le massage relaxant chez massages Wellness est proposé sur une durée standard d’une heure  qui peut être réduite ou étendue si le massé le souhaite.

Ce massage travaille sur les parties suivantes du corps : ventre, épaules, bras, jambes, dos, pieds, mains, crâne et visage (liste exhaustive), sur demande il également possible d’éviter des zones à masser.

Les pressions de ce massages peuvent être faibles à modérées selon les goûts du massé, les gestes sont lents et globalisants.

Le  massage Californien, histoire et origine

La technique de ce massage a été mise au point en 1970 par des thérapeutes de Esalen Institute à Big Sur aux Etats Unis en Californie.
Ce massage est bien plus qu’une technique de massage relaxant, car il offre à celui qui le reçoit la possibilité de se « reconnecter » et d’accepter son corps.
Les techniques de ce massage ont été conçues dans une démarche thérapeutique pour soulager les maux de l’esprit, c’est pourquoi il se doit d’être rassurant et réconfortant.
Il vise aussi à soulager les maux du corps comme les douleurs musculaires parfois installées depuis de longues années.
Digne descendant du massage Suédois, le massage Californien utilise plusieurs manœuvres de ce dernier, comme le foulage, le pétrissage et les frictions en rotation qui permettent une meilleure oxygénation des membres. D’autres manœuvres comme les enfleurages et les pressions glissées favorisent la circulation.

Applications et effets du massage Californien

La compassion et l’écoute sont les clefs de voûte de ce massage et favorisent l’émergence de la mémoire du corps. Il permet de sentir et ressentir son être.
Il peut être d’une grande aide aux personnes ayant subi un traumatisme, en situation de stress, ou en traitement psychologique.
Cette technique de massage se retrouve aujourd’hui dans beaucoup de pays dont les client(e)s sont légions. Il s’avère que c’est le massage le plus demandé pour ses vertus qui aident à soulager le stress, mal commun de notre époque.


Leave a Reply